Les investissements dans le digital et le développement durable pourraient permettre la création de plusieurs millions d’emplois en Europe d’ici 2030, selon une étude Accenture

- Plus des trois quarts des entreprises européennes prévoient de faire monter en compétences ou de requalifier jusqu’à 25% de leurs effectifs au cours des 3 prochaines années –

PARIS, le 31 mai 2021 - Selon un nouveau rapport d’Accenture (NYSE: ACN) élaboré en collaboration avec BusinessEurope, l’accélération des investissements dans le digital et le développement durable pourrait créer jusqu’à 5,7 millions nouveaux emplois en Europe d’ici 2030.

Selon le rapport intitulé « Europe’s new dawn - Reinventing industry for future competitiveness », si avant la pandémie l’Europe suivait le rythme des autres régions géographiques en matière de croissance et de parts de marché, sa trajectoire a changé depuis. Les entreprises européennes s’attendent désormais à une reprise plus longue d’au moins six mois par rapport aux prévisions de leurs homologues d’Asie-Pacifique et d’Amérique du Nord.

Le rapport note toutefois que l’Europe est bien placée pour tirer profit de futures opportunités de croissance, grâce à sa forte position dans divers secteurs clés. Cet avantage, associé à des investissements dans la digitalisation et le développement durable, pourrait stimuler l’emploi et permettre la création de plusieurs millions de postes dans la région d’ici 2030.

Un investissement accéléré dans la digitalisation et le développement durable, désigné dans le rapport comme une « double transformation », pourrait se traduire dans la région par une création nette de près de 5,7 millions d’emplois d’ici 2030. Les principaux secteurs concernés par cette création nette d’emplois seraient l’équipement industriel, la haute technologie, les logiciels, les « utilities », l’automobile, les sciences de la vie, ainsi que la communication et les médias.

Pour créer ces emplois, l’Europe devra renforcer son leadership mondial dans les secteurs de l’automobile, des biens et services de consommation, de l’équipement et de la chimie, et s’appuyer sur le potentiel des secteurs dans lesquels les entreprises européennes font déjà figure d’acteurs majeurs, comme l’aérospatial et la défense, les sciences de la vie, la communication et les médias. Des opportunités existent également dans d’autres secteurs tels que les équipements industriels, la technologie et les logiciels, mais ces secteurs devront faire l’objet de davantage d’investissements dans l’innovation et accélérer leur transformation digitale vers un modèle économique durable.

« Nous assistons à l’émergence d’un nouveau paradigme de croissance et de compétitivité à l’échelle internationale, et les entreprises européennes sont bien placées pour en tirer profit », a déclaré Jean-Marc Ollagnier, Directeur General Europe d’Accenture. « Bien que la relative lenteur de la vaccination en Europe puisse tempérer les espoirs d’une reprise économique rapide pour les entreprises, la position dominante de la région en matière de durabilité - associée à des investissements dans les technologies les plus prometteuses et dans des écosystèmes intersectoriels émergents tels que la mobilité - pourrait accroître sa compétitivité, permettre l’émergence de leaders mondiaux et créer à long terme des millions de nouveaux emplois dans la région. »

Pour que les industries européennes maintiennent leur position ou émergent en tant que leaders mondiaux, elles devront investir dans un certain nombre d’technologies et de domaines à forte croissance.

Selon le rapport, qui comprend une enquête menée auprès de 700 dirigeants d’entreprise à travers l’Europe, les investissements technologiques devraient être axés sur l’intelligence artificielle, mentionnée par 66% des personnes interrogées, la 5G et la 6G (58 %), le cloud (52 %) et les batteries de prochaine génération (34 %). Parmi les domaines identifiés comme étant à fort potentiel de croissance, c’est la « production intelligente » qui a été majoritairement citée par les dirigeants européens (55 %), suivie par la « santé numérique » (50 %), la « mobilité du futur » (46 %) et la « transition énergétique » (33 %).

Les entreprises européennes accélèrent leurs investissements dans la technologie, le développement durable et le développement de leurs collaborateurs

Près de neuf entreprises européennes sur 10 (88 %) prévoient d’augmenter leurs investissements dans la transformation digitale et les pratiques de développement durable cette année, alors que seules 58 % d’entre elles l’ont fait en 2020.

Les entreprises européennes renforcent également les investissements dans le développement des compétences de leurs collaborateurs. Plus des trois quarts (86 %) des entreprises européennes prévoient de faire monter en compétences ou de requalifier jusqu’à 25 % de leurs effectifs au cours des trois prochaines années pour répondre aux besoins de leur entreprise. Au total, c’est environ 15 % de la main-d’œuvre des entreprises européennes qui rentre dans cette catégorie, soit l’équivalent de sept millions d’employés dans la région.

« Même si la crise de la COVID-19 n’est pas encore derrière nous, les entreprises doivent non seulement se préparer à la reprise, mais également se réinventer pour rester ou devenir des leaders mondiaux », a déclaré Jean-Marc Ollagnier. « Une opportunité unique s’offre à l’Europe de se positionner en tant que leader de l’économie post-pandémie, mais elle nécessite d’investir dès aujourd’hui dans les technologies et les écosystèmes appropriés, et plus important encore dans les talents. C’est de cette manière que se créeront la croissance et les emplois de demain. »

Les gouvernements européens et les institutions de l’UE ont également un rôle essentiel à jouer pour faciliter l’émergence de leaders mondiaux en Europe

Pour que les industries européennes émergent en tant que leaders mondiaux et favorisent les créations d’emplois en Europe, les gouvernements européens et les institutions de l’UE ont un rôle essentiel à jouer.

Le rapport a identifié cinq domaines dans lesquels les entreprises européennes attendent des actions de la part des gouvernements et des institutions de l’UE. Ces actions comprennent :
 
  • Former la prochaine génération de talents : cela comprend la mise à niveau des systèmes d’éducation et de formation grâce à la promotion des principaux incubateurs de talents et à l’alignement sur les compétences les plus demandées, tout en favorisant la culture numérique, l’apprentissage tout au long de la vie et la formation professionnelle.
 
  • Permettre la transformation numérique et la transition vers une économie durable : cela inclut la planification et le déploiement d’une infrastructure technologique commune (5G, Cloud, Internet des Objets, IA), ainsi que le soutien aux efforts de décarbonisation. En outre, la création d’un cadre réglementaire favorable à l’investissement et à l’innovation est attendu, à travers par exemple une réduction de la fragmentation juridique et des démarches administratives, ou encore en développant davantage de « bacs à sable » d’innovation pour tester les technologies émergentes.
 
  • Soutenir le développement des secteurs à fort potentiel : notamment par des investissements dans la recherche et l’innovation de rupture, l’adoption de politiques de soutien au développement d’écosystèmes industriels innovants et la création de partenariats public-privé.

À propos de l’étude
L’étude s’appuie sur une enquête européenne menée auprès de 700 cadres supérieurs de 11 secteurs d’activité et dans 13 pays. L’enquête a été menée entre mars et avril 2021 et porte sur des entreprises dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 500 millions de dollars, parmi lesquelles figurent 50 % d’entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 10 milliards de dollars. Les secteurs représentés sont les suivants : Aéronautique et défense, compagnies aériennes/de voyage/de transport, automobile, communications/médias, biens de consommation, énergie/équipements collectifs, services financiers (banque et assurances), biens et équipements industriels, produits pharmaceutiques/biotech/sciences de la vie, commerce de détail et logiciels/plateformes. Les pays représentés sont l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie, l’Irlande, les Pays-Bas, les Pays Nordiques (Danemark, Finlande, Norvège et Suède), le Royaume-Uni et la Suisse.

Le rapport comprend également une analyse des prévisions de création d’emplois menée en collaboration avec Oxford Economics.

A propos d’Accenture
Accenture est un des leaders mondiaux des services aux entreprises et administrations, avec une expertise de pointe dans les domaines du numérique, du cloud et de la sécurité. Combinant une expérience unique et une expertise spécialisée dans plus de 40 secteurs d’activité, Accenture s’appuie sur le plus grand réseau international de centres de technologie avancée et d’opérations intelligentes pour offrir à ses clients des services Strategy & Consulting, Interactive, Technology et Operations. Avec 537 000 employés, Accenture s’engage chaque jour auprès de ses clients dans plus de 120 pays, à réaliser la promesse de la technologie alliée à l’ingéniosité humaine. Accenture s’appuie sur le changement pour générer de la valeur et créer une réussite partagée avec ses clients, ses collaborateurs, ses actionnaires, ses partenaires et ses communautés.
Site Internet : https://www.accenture.com/fr-fr
# # #

Contact:

Francois Luu
Accenture
+33 1 53 23 68 55
francois.luu@accenture.com

Velislava Le Fevre
Accenture France
+33 1 53 23 46 18
velislava.lefevre@accenture.com